mardi, mai 01, 2007

le confort de l'imagination

je viens de constater une habitude que mon imagination a prise et que la plupart des gens cultivent aussi, je crois. Je fumais un cigar en regardant les cours arrière de mes voisins. Le soleil en était à ses derniers rayons et l'ensemble se présentait à moi surtout par silhouette. De discrètes étoiles apparaissent avec la station orbitale. Une voisine passe avec son vieil épagneul. Des fenêtres laissent deviner une télévision, mais l'une d'elle attire mon attention. À vrai dire je l'avais remarqué depuis longtemps parce que à chaque soir, une lumière rouge comme dans une chambre noire éclaire la pièce. Ce n'est évidement pas une chambre noire puisque la fenêtre est ouverte, à moins que ça soit une très mauvaise chambre noire et il est difficle à croire que quelqu'un s'adonne à une activité quotidienne dans si peu de lumière. C'est à observer cette mystérieuse fenêtre que mon esprit rationnel s'est essouflé et que mon imagination a pris le dessus. Après être arrivé à une conclusion complètement injustifiée, j'ai continué à regarder les différentes fenêtres allumées, encore sur l'élan de mon imaginaire.

C'est quand j'ai fait un lien avec toutes ces maisons et ses occupants que je venais de créer que j'ai remarqué cette habitude. Toutes mes créations étaient gratifiantes d'une certaine façon. Elles n'étaient pas toutes belles moralement ou socialement, mais de les imaginer maintenant dans ma cour était beau pour moi. Je ne réussissais pas non plus à ne rien imaginer. On dirait que je devais absolument combler le vide que mes sens laissaient. Et si c'était la même situation pour tout les vides que mon intellect laissait ? Toutes les situations que je ne comprend pas, toutes les personnes que je ne connait pas, est ce que je les complète de façon gratifiante pour moi peu importe de la réalité, juste pour maintenir ma santé mentale ? ou plus moderément, pour maintenir un certain équilibre moral. Comme par exemple, si j'étais en couple et qu'on avait de la difficulté et que je voyais un autre couple passer. Est ce que je m'imaginerais que ce couple aussi a de la difficulté mais que ça ne parrait pas comme ça rapidement tout simplement pour me faire sentir que je ne suis pas le seul dans cette situation ? pour me dire que ce n'est pas nécessairement moi le problème dans le couple puisque la même situation arrive dans d'autre couple ? je ne connaît évidement pas la réponse à ces questions, mais je vie quand même assez bien.

Certain diront que je pense trop et je serai fort probablement d'accord, mais ça m'a pas tué, donc je ne vais pas arrêter.

1 commentaire:

louis-philippe a dit...

Nice! Nice! Nice!

Nice!

 
Free Blog CounterGimahhot